Histoire de l'Eglise

 

HISTORIQUE DE L'EGLISE

L’église de Versigny se compose d’une nef flanquée de bas-côtés, d’un transept dont la croisée est surmontée d’un clocher et d’un chœur  à chevet polygonal. Il résulte de trois grandes phases de construction et de restauration ( si l’on fait abstraction du clocher reconstruit après la première guerre mondiale). La première a eu lieu au XII° siècle, la deuxième remonte à la fin du XV° siècle ou au début du XVI° siècle et la troisième date du siècle dernier.

 Comme de nombreux édifices romans de l’Aisne appartenant à la même famille, telles que celles de Remies, Saint-Aubin ou Merlieux, l’église de Versigny a subi au XIX° siècle d’importants travaux de remise en état qui ont sensiblement modifié son enveloppe extérieure, notamment dans sa partie occidentale. On doit à cette époque la construction de la sacristie, la reconstruction des collatéraux, les percements de la façade occidentale et vraisemblablement des reprises de maçonnerie sur l’ensemble de l’édifice.

 En revanche, le vaisseau central, le transept et le chœur ont conservé pour l’essentiel toute leur authenticité.

 La nef et le transept forment un ensemble homogène témoignant d’une construction rapide. Les corniches et bandeaux qui surmontent ces parties sont décorés de chevrons sur la face nord de la nef. De billettes sur le bras sud du transept et des feuillages stylisés sur le bras nord. Il s’agit là d’un répertoire décoratif apparu à la fin de la seconde moitié du XI° siècle et encore largement utilisé jusqu’au milieu du siècle suivant.

 Le vaisseau central de type basilical plafonné compte quatre travées et deux niveaux. Les grandes arcades de la nef, comme celles du transept, sont plein cintre et à simple rouleau non mouluré. Elles s’appuient sur des piliers rectangulaires dépourvus d’impostes. Les fenêtres hautes, elles aussi en plein cintre, sont situées dans l’axe des arcades. Ces dispositions sont également classiques dans la région pendant la même période.

 Cette datation est confirmée par la restitution du plan primitif de l’église. La présence d’arcades sur les murs orientaux du transept laisse supposer que des chapelles orientées, peut-être en hémicycle, s’ouvraient sur chacun des bras. Ces chapelles devaient encadrer une abside de même plan, aujourd’hui remplacée par un chevet flamboyant. L’église de Versigny présenterait ainsi un plan type, commun à la plupart des églises romanes du Laonnois et pourrait être datée de la première moitié du XII° siècle.

 Reconstruit à la fin du XV° siècle, le chœur présente toutes les caractéristiques de l’architecture de cette époque. Composé d’une travée droite et d’un chevet polygonal, il est éclairé par cinq vastes baies dont quatre sont décorées d’un réseau flamboyant, la baie d’axe restant encore d’inspiration rayonnante. Il est couvert d’une voûte sur croisée d’ogives à liernes dont les supports hémisphériques sont dépourvus de chapiteaux.

 L’église de Versigny n’abrite plus de mobilier notable à l’exception de ses fonts baptismaux, datables du moyen-âge mais quelques endommagés.

9 votes. Moyenne 4.89 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site